Le syndrome de la jonction pyélo-urétéral

L’intervention qui vous est proposée est destinée à réparer le rétrécissement de la jonction pyélo-urétérale que vous présentez.

Vous présentez un rétrécissement de la jonction entre le bassinet et l’uretère. Le diagnostic en a été fait par des examens radiologiques.

Ce rétrécissement peut être d’origine congénitale (canal trop étroit ou compression par un vaisseau) ou consécutif à une maladie ayant entraîné une inflammation proche de la jonction.

L’urine retenue au niveau des cavités rénales s’écoule difficilement vers l’uretère. Cette rétention entraîne une dilatation des cavités du rein. L’absence de traitement vous expose aux risques de douleurs, d’infection et/ou de destruction progressive du rein.

Technique opératoire:
L’intervention se déroule sous anesthésie générale. Elle dure environ 1h30.

La technique consiste à pratiquer une réparation de la jonction pyélo-urétérale en supprimant la partie rétrécie, puis en réalisant une suture de la voie urinaire pour rétablir un passage normal entre le bassinet et l’uretère.

A la fin de l’intervention, l’urologue met en place une sonde permettant le drainage de l’urine pendant la période de cicatrisation. Il s’agit d’une sonde interne, appelée sonde JJ, qui est retirée par l’urètre quelques semaines plus tard.

Nos chirurgiens sont spécialisés en coelioscopie et vous proposeront cette technique préférentiellement.

Les suites sont simples.

Une des complications peut être la fuite d’urine de la suture généralement contrôlée par la pose d’une sonde interne JJ.

L’hospitalisation est de 2 nuits .

Suivi post opératoire:
Le suivi dont vous ferez l’objet après l’intervention répond à trois objectifs :
Vérifier l’absence de récidive du rétrécissement,
Surveiller le fonctionnement des reins,
Détecter d’éventuelles complications,

La consultation post-opératoire peut nécessiter des examens radiologiques. Si une sonde urétérale a été mise en place, elle est retirée par les voies naturelles lors d’une fibroscopie.