La coelioscopie dans le cancer de la vessie

Le but du traitement du cancer de la vessie dit « infiltrant » ( T2 minimum) est d’enlever la vessie et la prostate chez l’homme. Chez la femme il consiste à enlever la vessie avec parfois l’utérus.
Ce geste peut être réalisé par voie coelioscopique. Cette voie d’abord permet une plus petite cicatrice, une baisse du saignement per-opératoire  et surtout une récupération post opératoire plus rapide.

http://

Ensuite il faut « reconstruire » une vessie:
Soit à la peau c’est le « Bricker »: Fiche d’information AFU
Soit à la place de l’ancienne vessie : Fiche d’information AFU

Ces techniques seront à discuter en consultation avec votre urologue.

IMG_1468 - copie

L’ambulatoire

C’est un mode de prise en charge permettant de raccourcir votre hospitalisation pour une intervention chirurgicale à une seule journée.

Vous rentrez donc le matin pour être opéré le jour même et ressortir le soir.(durée de séjour de quelques heures à moins de 12 heures).

Conditions d’éligibilité à la chirurgie ambulatoire:
Il n’y a pas, a priori, de limite d’âge au delà de l’âge de 3 mois. La chirurgie ambulatoire est même à privilégier chez les personnes âgées en raison du moindre risque de perte de repères (de confusion) par rapport à une hospitalisation de quelques jours.

Il existe néanmoins des conditions à respecter :
Avoir le téléphone et être apte à comprendre et appliquer les consignes de soins (pas de barrière du langage et hygiène facile à domicile).
Pouvoir être raccompagné le soir de l’intervention chirurgicale.

Ne pas demeurer seul (en dehors de certains cas) la première nuit après une anesthésie générale. Il est recommandé de passer la première nuit avec un proche (famille, voisins ou amis) à domicile ou chez eux.

Préparation à l’intervention:
Avant votre séjour:
Réaliser les démarches administratives de votre pré-admission, (éventuellement le jour de votre consultation d’anesthésie),

Passer préalablement à la pharmacie chercher les médicaments qui vous ont été éventuellement prescrits pour votre retour à domicile afin de ne pas avoir à le faire le jour de l’opération. (Cela vous permettra de rentrer tranquillement chez vous et directement sans risquer de devoir affronter file d’attente, pharmacie fermée ou non approvisionnée),

Préparer à l’avance repas légers et provisions pour vous permettre de vous reposer les premiers jours suivant l’intervention,

Prévoir des affaires pour la nuit (pyjama, toilette, rasage…) en cas de nécessité de rester la première nuit,

Ne pas oublier de suivre les consignes données par l’anesthésiste concernant l’arrêt éventuel de certains médicaments et la réalisation de certains examens (prise de sang, analyse d’urine),

Veillez à récupérer le résultat de ces examens et les amener le jour de l’intervention. Le centre de chirurgie ambulatoire cous contactera la veille de l’intervention pour ajuster l’heure d’arrivée et vérifier les résultats d’éventuels examens biologiques prescrits (prise de sang, analyse d’urine),

Il faut savoir que l’intervention prévue peut être reportée en fonction des résultats biologiques (ECBU particulièrement) pour permettre un éventuel traitement de quelques jours (antibiotique, par exemple).

Rester impérativement joignable par téléphone (fixe, portable, messagerie voire sms) les jours précédents l’intervention pour toutes ces raisons,
Prendre une douche avec une solution moussante antiseptique (BETADINE SCRUB) pour une bonne préparation cutanée la veille de l’intervention. Une deuxième douche sera prescrite, pour certaines interventions, le matin de l’intervention.

Le jour de votre séjour:
Se présenter à l’unité de chirurgie ambulatoire (UCA) à l’heure qui vous a été donnée,

Ne pas oublier d’apporter tous les éléments de votre dossier médical éventuellement demandés lors de vos consultations de chirurgie ou d’anesthésie (examens de sang, d’urine, radiographies, scanner etc..),

Ne pas oublier de suivre les consignes données par l’anesthésiste ou l’urologue concernant l’arrêt ou la prise de médicaments ( PLAVIX , COUMADINE , AVK , KARDEGIC…),

ETRE A JEUN ( NE PAS MANGER BOIRE ET NE PAS FUMER ) 6h avant votre chirurgie sauf si votre chirurgien ou anesthésiste vous l’a autorisé. Ne pas être à jeun ne permet pas de réaliser l’intervention sous anesthésie générale. Elle sera donc reportée.

Suites habituelles:
Votre sortie sera confirmée par votre urologue et l’anesthésiste après avoir vérifié votre aptitude à la sortie. Des documents d’information écrite vous seront éventuellement remis, complémentaire de l’information orale,précisant les précautions à prendre pendant les jours suivants.

Pour votre retour à domicile, des prescriptions de médicaments, des consignes post-opératoires et parfois un arrêt de travail vous auront été remis.

Des ordonnances pour des examens complémentaires à réaliser avant la consultation de suivi peuvent aussi vous être remises, ainsi que des ordonnances de soins (pansement, sonde, drain).

Dans certains cas, vous pouvez quitter la clinique avec une sonde urinaire, ou un drain. Votre médecin vous aura donné les recommandations nécessaires. Cette sonde ou ce drain seront éventuellement enlevés dans les jours suivant sur ordonnance.

Même si dans 98% des cas le retour à domicile est possible, il est parfois nécessaire de rester la première nuit pour des raisons variées : difficultés ou imprévu lors de l’intervention, complication, récupération insuffisante de l’anesthésie, etc..

N’oubliez pas que:
Aucune décision importante ne doit être prise dans les 24 heures suivant une anesthésie générale,
La conduite (automobile ou cycle) est à éviter dans les premières 48 heures,
La reprise de vos activités doit être progressive (habituellement sur une période d’environ 15 jours) et dépend du type de chirurgie que vous avez eu.

Suivi post-opératoire:
En cas de besoin, une infirmière à domicile prendra le relais de l’unité d’hospitalisation.

Complications:
En cas de difficultés ou de complications à domicile, vous pouvez contacter :
L’unité de chirurgie ambulatoire où vous avez été pris en charge (un numéro de téléphone figure sur les documents qui vous ont été remis à la sortie ; ce numéro est accessible 24h/24h) : tel de la clinique ambu + Urgences +33 4 67 61 20 30 après 20h,
Nos  secrétariats : +33 4 35 34 24 88  Saint Jean / +33 4 67 81 68 76 Ganges,
Votre médecin traitant.

Il est rappelé que toute intervention chirurgicale comporte un certain nombre de risques y compris vitaux, tenant à des variations individuelles qui ne sont pas toujours prévisibles. Certaines de ces complications sont de survenue exceptionnelle (plaies des vaisseaux, des nerfs et de l’appareil digestif) et peuvent parfois ne pas être guérissables.

Au cours de cette intervention, le chirurgien peut se trouver en face d’une découverte ou d’un événement imprévu nécessitant des actes complémentaires ou différents de ceux initialement prévus, voire une interruption du protocole prévu.

les pathologies de l’enfant

Le phimosis :
Le phimosis est un rétrécissement de l’orifice préputial qui empêche la rétraction complète et facile du prépuce en arrière du gland. Il est congénital ou cicatriciel (secondaire à des tentatives de rétraction forcée d’un prépuce adhérent). L’absence de traitement expose au risque de difficultés urinaires, d’infection et d’inflammation du prépuce, du gland et du méat uréthral, de paraphimosis.

L’intervention consiste en une ablation du prépuce, ce qui laisse découvert le gland, plus ou moins complètement. Des points de suture résorbables sont mis en place. Le plus souvent le frein du prépuce est sectionné et suturé pendant l’intervention Fiche d’information AFU.

La cryptorchidie :
Parfois le testicule ne se trouve pas à son endroit où il devrait être . Il peut être mobile sur son trajet. Pour éviter des complications ce testicule doit être fixé dans la bourse. C’est l’orchidopexie Fiche d’information AFU.

Le syndrome de la jonction pyélo-urétéral

L’intervention qui vous est proposée est destinée à réparer le rétrécissement de la jonction pyélo-urétérale que vous présentez.

Vous présentez un rétrécissement de la jonction entre le bassinet et l’uretère. Le diagnostic en a été fait par des examens radiologiques.

Ce rétrécissement peut être d’origine congénitale (canal trop étroit ou compression par un vaisseau) ou consécutif à une maladie ayant entraîné une inflammation proche de la jonction.

L’urine retenue au niveau des cavités rénales s’écoule difficilement vers l’uretère. Cette rétention entraîne une dilatation des cavités du rein. L’absence de traitement vous expose aux risques de douleurs, d’infection et/ou de destruction progressive du rein.

Technique opératoire:
L’intervention se déroule sous anesthésie générale. Elle dure environ 1h30.

La technique consiste à pratiquer une réparation de la jonction pyélo-urétérale en supprimant la partie rétrécie, puis en réalisant une suture de la voie urinaire pour rétablir un passage normal entre le bassinet et l’uretère.

A la fin de l’intervention, l’urologue met en place une sonde permettant le drainage de l’urine pendant la période de cicatrisation. Il s’agit d’une sonde interne, appelée sonde JJ, qui est retirée par l’urètre quelques semaines plus tard.

Nos chirurgiens sont spécialisés en coelioscopie et vous proposeront cette technique préférentiellement.

Les suites sont simples.

Une des complications peut être la fuite d’urine de la suture généralement contrôlée par la pose d’une sonde interne JJ.

L’hospitalisation est de 2 nuits .

Suivi post opératoire:
Le suivi dont vous ferez l’objet après l’intervention répond à trois objectifs :
Vérifier l’absence de récidive du rétrécissement,
Surveiller le fonctionnement des reins,
Détecter d’éventuelles complications,

La consultation post-opératoire peut nécessiter des examens radiologiques. Si une sonde urétérale a été mise en place, elle est retirée par les voies naturelles lors d’une fibroscopie.

La lithotripsie extracorporelle (LEC)

consiste à fragmenter par des ultrasons externes un calcul .

IMG_1531

Méthode non invasive:
Vous n’êtes pas endormis entièrement.
Vous êtes sur une machine pendant 45 min qui va fragmenter votre calcul après un repérage précis de celui-ci par votre urologue assisté de son technicien.
L’hospitalisation est courte de quelques heures . Les suites sont simples .
De temps en temps le calcul résiste à la LEC et nécessite un traitement complémentaire différent.
Les séances de LEC se déroulent exclusivement sur la clinique St Jean de Montpellier.

Ne soyez pas surpris, la LEC fait du bruit comme vous le verrez dans la vidéo suivante mais un casque isolant avec une musique vous sera proposée.

L’urétéroscopie souple numérique LASER

Cela consiste à rentrer par les voies naturelles dans l’uretère (urétéroscopie rigide) ou dans le rein (urétéroscopie souple) pour atteindre directement le calcul.

URSS

La clinique Saint Jean a été le premier Centre Montpelliérain à s’équiper d’un urétéroscope souple numérique permettant de réaliser des fragmentations de calculs grâce à une vision amplifiée.

L’Urétéroscopie est une technique mini-invasive prise en charge en ambulatoire ( pas de nuit à la clinique).

Elle permet de fragmenter ou de sortir des calculs résistants à la LEC .